Omar Sahnoun

 

Bien des coups sont tombés sur cette tête bouclée, la gloire débouchant très vite sur le cadet prodige, un palmarès très tôt enluminé comme celui d'un vieux briscard, la méchanceté d'un public aisément raciste en qui sommeille toujours quelques Dupont la Joie.

Et puis ce coeur qui a battu la breloque pendant un certain temps, remettant en place les idées et les amis.

Un libéro de 17 ans.

Né le 18 août 1955 à guerrouma (Algérie), Omar Sahnoun, fils d'un harki, avait été élevé à Beauvais où sa famille s'était repliée en 1962. Tout était allé si vite, il est vrai pour Omar Sahnoun depuis sept ou huit ans. Le gamin qui jonglait et dribblait dans les rues de Beauvais avec l'habileté diabolique d'un petit carioca, s'était retrouvé un beau jour au Parc des Princes pour une finale de Coupe nationale de cadets qu'il avait illuminée de tout son talent.

Quelques mois plus tard, il devenait le libéro d'une équipe seniors de Beauvais qui remportait le Championnat Honneur de Picardie, la montée en Division III et la Coupe de l'Oise. C'est là que les Nantais vinrent le pêcher pour un futur professionnel et l'un des atouts maîtres de l'équipe Division III dirigée par Suaudeau et Zaetta. Et puis il y eut cette longue promenade vagabonde à travers l'équipe, ces incessants changements de costumes et de places qui retardaient l'éclosion et l'épanouissement, mais qui renforçaient l'arsenal tactique du jeune homme.

" La polyvalence, reconnaît Sahnoun, est quelque chose de discuté, de discutable. J'ai été, il est vrai, trimballé pendant longtemps du n°5 au n°10 en passant par le 4, le 6, le 8, toujours dans l'axe central remarquez le. Mais cela m'a été sûrement bénéfique à la fois sur le plan offensif et dans le domaine défensif. Et si j'ai réussi une très bonne saison 1976-77, Champion de France avec Nantes, c'est sans doute grâce à cette polyvalence.

L'inoubliable tournée.

Omar Sahnoun, formé à Beauvais, jouera ensuite en Equipe de France.

L'équipe de France! C'est une passion pour Sahnoun. Sans doute parce que dans son esprit, c'est plus qu'une équipe de football. Je vous assure que notre tournée en Amérique du Sud, par son ambiance de gaieté et de franche camaraderie, tout autant que par les bons résultats obtenus, restera dans nos mémoires comme un événement inoubliable.

 L'adieu à Sahnoun.

Omar sahnoun, milieu de terrain international des Girondins de Bordeaux, est mort d'une crise cardiaque au cours d'une séance d'entraînement en Avril 1980. Mort en faisant le métier qu'il avait choisi, et même choisi deux fois : après une première alerte, en 1977, qui l'avait contraint à un arrêt de cinq mois, il avait lutté pour reprendre sa place dans le circuit. Déclaré guéri par la Faculté, il avait réussi son retour.

Marié depuis quatre ans avec Patricia, Omar Sahnoun et son épouse attendaient leur premier enfant pour le début du mois prochain. Omar adorait d'autant plus les gosses qu'il avait craint un moment de ne pouvoir être papa. Le destin aura été cruel jusqu'au bout avec le petit jongleur génial qui enchantait souvent les passants dans les rues calmes de Beauvais.

Champion de France avec Nantes en 1977 et 1973, Vainqueur de la Coupe de France avec Nantes en 1979, 6 sélections en Equipe de France, le football français n'oubliera pas Omar Sahnoun.

Le stade d'entraînement de l'ASBO porte son nom (derrière le stade Pierre Brisson).